Claude Louis-Combet

Infernaux Paluds

France   1970

Contexte
Le rêve précède l'amour qui précède l'écriture.

Notes
Texte transmis par N. qui place ses rêves sur le site http://revedeleda.tumblr.com/archive

Texte témoin
Paris, Flammarion, 1970, p. 99.




Une rencontre

Un rêve prémonitoire

« Savez-vous que ma rencontre avec Francesco fut précédée d'un rêve étrange - plus exactement, elle n'a pas été autre chose que l'accomplissement d'un rêve. Je déambulais dans les rues désertes d'une ville inconnue, jusqu'au moment où je me trouvai au pied d'une tour immense. Devant cette tour se tenait un adolescent d'une beauté saisissante. D'une main il me faisait signe d'approcher, de l'autre il m'indiquait le sommet de la tour. Mais moi, je n'avais qu'un désir, celui de l'embrasser et d'en faire à jamais mon compagnon d'existence. Je pénétrai donc dans la tour. L'adolescent s'engagea alors dans un escalier en spirale. Je le suivis. Il se mit à monter de plus en plus vite. Quand j'arrivai au sommet de la tour, il avait disparu, mais le soleil était éblouissant. - Trois mois plus tard, à la chapelle, je laissais errer mon regard au hasard quand, tout à coup, je vis clairement devant moi l'adolescent de mon rêve. C'était Francesco Monti. Le lendemain, je suis allé le trouver dans l'atelier de reliure. Le surlendemain, je l'ai possédé. Mon rêve, cet adolescent et cette tour, était-ce de l'accessoire ou de l'essentiel ? »

Page d'accueil

- +